Un trek exceptionnel à travers le Haut Mustang, véritable mythe du Népal ! Entre falaises ocres, cheminées de fées et monastères bouddhistes, nous découvrons cet ancien royaume tibétain resté authentique et sauvage. Un rêve pour tous les amoureux de l’Himalaya !

L’ancien royaume du Mustang, resté interdit aux étrangers jusqu’en 1992, est certainement la région la plus mythique du Népal. Ce désert d’altitude, caché derrière les montagnes de l’Himalaya népalais, offre un terrain de jeu hors norme pour tous les trekkeurs avides de paysages exceptionnels et de rencontres authentiques. Nous marchons sur un sentier alternant vallées encaissées, cols et plateaux d’altitude, et nous découvrons les sites naturels hors normes de la région : cheminées de fée, falaises et canyons sans fond, le tout dominé par un panorama grandiose, celui de l’immense chaîne des Annapurnas et des Dhaulagiris. Nous découvrons en chemin un patrimoine culturel inouï : monastères bouddhistes, habitations troglodytes… Enfin, un trek au Mustang c’est aussi des rencontres et une découverte d’une culture tibétaine préservée, restée hors du temps ! Un voyage exceptionnel dans une région unique au monde, à découvrir au plus vite !

Voyage très long depuis KTM pour arriver à notre départ de trek car notre vol à Pokkara à cause de la mauvaise météo est annulé, on part donc jusqu’à Jomoson en 4X4 : 11h de route !! Secouée comme un prunier car il y avait des effondrements de terrain à cause des inondations et des pluies torrentielles, j’étais si mal, je voulais qu’une chose faire demi-tour mais à quoi bon, comme il n’y avait pas d’avion donc autant rester (en plus je n’étais pas du tout convaincue par le groupe comme il y en avait une qui ne faisait que râler et que se plaindre constamment).

J’ai eu de grosses difficultés avec la respiration au départ car il faisait excessivement chaud et l’air était très sec et poussiéreux.

Les journées de marche étaient relativement longues et intenses, un vrai 4 chaussures mais très souvent des paysages à couper le souffle.

Le Mustang : çà se mérite vraiment, c’est le bout du monde, on a vraiment un sentiment d’isolement total mais si on entend assez souvent les bétonneuses en train de construire les routes depuis la chine.

On a eu de très belles visites dans des monastères avec des moinillons trop mignons, moment très fort de ce trek

Nos repas du soir étaient toujours très bons et assez locaux : dhal bhat, momo, riz viande, pomme de terre etc etc (je me souviens d’un soir où nous avons reçu des frites faites avec des pommes de terres du jardin, un délice)

Il est à noter que nous avons eu très très rarement des légumes et des fruits, principalement pain, riz, pâtes, pomme de terre et autres boîtes de conserve.

Ce voyage est à réaliser si vous avez une très bonne condition physique car les marches sont très longues, il y a beaucoup de dénivelé positif et la fin du trek pour retourner sur Jomoson a été très dur car on a dû encore marcher dans le vent, la poussière, et les cailloux.

Gros stress à la fin de séjour de savoir si on aura notre vol à Pokhara pour KTM ou si on doit refaire le trajet en 4X4…. Alleluia, on a eu notre vol de retour et à KTM on est retournée au Manaslu hotel et là je me suis offert un massage dans un spa quasi en face de l’hôtel : INCROYABLE, çà m’a remis complètement de ma fatigue et du poids de mon sac à dos ; ensuite j’ai été rejoindre les autres pour un dîner succulent : une fondue tibétaine.

Je suis rentrée en Belgique complètement exténuée mais pleine de très belles images de paysages, de monastères et de rencontres inattendues….

Point d’attention pour entrer au Mustang, il y a un permis d’entrée de 600 USD.

Le logement

Très souvent en lodge.

La nourriture

On ne va pas au mustang pour bien manger mais malgré tout on mange à certaines étapes de délicieux mets occidentaux (des frites même 😉) – peu de légumes, beaucoup de pâtes, de riz, de pain…très souvent des dal bat qui sont délicieux

La météo

Assez agréable à l’exception du début, il y a eu de grosses précipitations qui ont bloqué les routes et même les avions. Région aussi terriblement venteuse et poussiéreuse.

Le groupe

Un jeune couple de Toulouse, très sympa avec une copine Marie Paule, qui se plaint non-stop et Philippe 45 ans de Toulouse : bon groupe de même niveau (enfin je suis très souvent devant mais sans inconvénient de les attendre 😉)

Le niveau de difficulté

Très haut niveau (4 chaussures), longues marches et longs dénivelés… Le mustang, çà se mérite 😊mais çà en vaut tellement la peine car il y a des paysages somptueux !

Le guide

Karma un népalais la 40taine, sympa mais un peu blasé par son métier. Il fait ce qu’il faut pour respecter le programme que les clients ont acheté sans plus.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *